Recueils


L’amour des autres (3 Mai – 16 Mai 2021)
« je n’ai pas de conclusion
de certitude
sur comment vous aimer
mes poèmes me rassurent

car on peut s’aimer ailleurs
sans rien demander
et laisser cet amour là où il est
il ne bougera pas
« 

La honte (9 Janvier – 13 Mars 2021)
« j’écris et je parle de ma honte
pour me cacher moi
car j’ai honte
j’ai honte d’exister avec ma honte sans beauté »

Incertitudes (23 Juillet – 10 Août 2020)
« sans doute la paix est ce silence incertain 
où les joies et les peines s’écrasent
à la fenêtre de mon torse 
un ciel lourd attend 
que se brise le silence
de mes incertitudes. »

Le pénis anarchiste (3 Novembre – 17 Décembre 2019)
« Plus tard, avec les copains, on se
parlera de nos pénis, avec comme ci
catrice dans nos échanges, ce déchirement
jamais avoué de l’intimité que l’on nous a arrachée,
et la violence performative
de nos peurs
face au vide
de nos pudeurs. »

Les fleurs d’Acanthe (Poèmes vrac 2018-2021)
« Que vaut alors ma jeunesse
que vaut alors ma tristesse
dans cet endroit désert où seul
je me rencontre chaque nuit
dans l’attente de l’oubli
dans l’attente de l’oubli ? »

Journal d’Acanthe (23 Janvier – 25 Février 2018)
« Et moi qui suis aussi seule que tous ces gens
que je ne connais pas, qui donc pose
son regard sur mes cheveux noirs ?
Et moi qui raconte tous ces gens
que je ne connais pas, qui donc,
qui donc me racontera ? »

Élégies de la fin (Novembre 2017)
« Et ces gestes de l’aimée, qui deviennent lentement nôtres,
qui nous forment et nous émeuvent,
auront pour toujours dans leur accomplissement
cette réminiscence, ce pincement du pli,
de la douleur de notre condamnation. »


La mémoire des espaces (hiver – été 2017)
« Je ne sais plus
mêler mon souffle
au souvenir de tes gestes
ni tirer sur les cordes du bleu
qui sont ton visage. »

Carnet (automne – hiver 2016)
« La nuit seule
cerne son souvenir sur la peau
le jour qui éventre
ne laisse aucune cicatrice. »

Les sentiers du ciel (printemps – automne 2016)
« je contiens dans le corps ces êtres morts et dansants
ils ont vu ! tout mon être, et leur chute
est aussi l’abîme
traversant le ciel »

*

La Bibliothèque (Podcasts)
Rainer Maria Rilke, ou la mémoire et le temps
Emily Dickinson, ou l’espace de l’intime

*

Tedy Moussillac