je contiens dans le corps ces êtres morts et dansants
ils ont vu ! tout mon être, et leur chute
est aussi l’abîme
traversant le ciel –
mes yeux lourds comme l’orage qui s’effondrent et demeurent
sont les haches qui déchirent et démembrent
les silhouettes de néant.