La fleur de solitude
a la sagesse des arbres
noués et ridés
dans leur oubli.

Elle ressemble à l’hiver
aux nuits froides et mortes
au gel sur le lierre

elle frissonne, elle est nue
et retient dans ses mains closes
ses mains de mère pliées par l’amour
elle retient le pollen de nos âmes
qui s’échappe parfois
de ses doigts fragiles
et qui se perd
à tout jamais

alors elle pleure le pollen disparu
et ses larmes qui coulent
entre ses doigts
ont pour nous le goût amer
de la mélancolie.