Carnet

Le vent qui soufflait
de ses lèvres
à mon corps
était celui de l’hiver.

Il est venu pénétrer la terre noire
que sont tes cadavres étendus
et renverser chacune de mes tombes de l’intérieur
où gisaient tes cheveux
comme de l’herbe morte.

Ton nom gravé sur les pierres grises
qui me servaient d’os
fut recouvert doucement
par la neige
qui tombait de ses yeux –
et ta poussière
aussi lourde que la nuit
devint aussi légère
que le ciel battant sur sa peau.