La nuit j’aime
d’avoir aimé le jour
d’avoir le jour
auprès de moi
et la douceur
de sa mémoire.
La nuit j’aime
l’amour des choses
et des gens disparus
et le geste familier
imprécis
de leur souvenir –
la nuit j’aime
l’amour dans le geste
familier imprécis
d’une branche d’arbre
l’amour
la nuit
il me semble
sans tristesse ni bonheur
j’aime d’avoir aimé
mon premier amour
la nuit – j’aime
le poids de l’écorce
et le vent léger
et l’amour dans son ombre
et sa lumière
et le geste familier imprécis
de mon premier amour.
La nuit
l’amour
il me semble
porte une vieillesse
plus grande encore
plus lourde encore
que le geste familier
imprécis
d’une branche d’arbre
à la fenêtre.