Sur mon balcon

Sur mon balcon – c’est l’hiver
je n’ai que le matin comme voisi-
nage ; et les nuages qui viennent boire
un peu de chaleur sur mes jambes
nues. Le ciel me fouette au vi-
sage ; il arrache au sommeil ses
griffes de velours qui s’accrochent
sur ma peau – un frisson d’extase
parcourt le long d’un frisson
de soie. Comme à un amant qu’on
ne nomme pas, j’attache un billet
sur mon balcon – écrit à la hâte
sur mon balcon – et le papier léger
sur mon balcon – qui frémit
sur mon balcon – c’est l’hiver.