sous les draps bleus
la douleur de ton sexe
palpite

de la nuit on ne garde
que la chaleur muette
humide

la triste recherche
de nos mains meurtries

l’incertitude de mon corps
dressée
mon pardon allongé
devant toi

un regard sans geste
serre entre tes jambes
la rondeur cassée
qui se meut
autour de mon sexe

embrasse une fois
l’adieu désert
de ma peau –

j’habillerai en couleurs
la noirceur de tes baisers

embrasse une fois
l’adieu désert
de ma peau –

j’habiterai en couleurs
en mon torse et ma foi
l’étendue de ma pudeur

embrasse une fois
l’adieu désert
de ma peau –

j’habiterai, en couleurs,
en mon torse, et ma foi,
l’adieu désert des heures

comme une chambre à
soi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s