j’ai perdu l’habitude
de mon habitude
disparues les présences
des présences disparues

les existences ne se répètent pas
les souvenirs
ne grandissent
ni diminuent

malgré tout
nous ne cheminons pas
des arbres les ombres
effacent nos pas

malgré tout
nous ne vieillissons pas
de nos poèmes les vers
ont en leur cœur un ciel
qui bat

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s