à la terrasse du restaurant
géraniums dans le pot
au bord de la route
boutons d’or au pied du mur

d’une chose l’autre
un sentiment d’indifférence
touche en plein cœur
le poème à venir

demander à maman
le nom des fleurs
moi piètre poète
maman grande poétesse

je pense à mamie
les poèmes de ses mains
les vers de ses rides
je pense à mamie

apprendre la nature auprès d’elle
et l’oublier
peut-être le savoir
est un sourire

je pense à mamie
ses yeux qui se plissent
j’imagine son regard
comme le feuillage d’un arbre

à travers les cils
ses yeux qui se plissent
peut-être le savoir
est un sourire

j’imagine son regard
comme le feuillage d’un arbre
peut-être le poème
est un souvenir

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s