un balcon bleu un parking
c’est peut-être un pin
et peut-être un pigeon
on se demande si nous vivons

dans le doute du monde
quand on se lève le matin
comme une botte de foin
nous roulons nos questions

sur le champ ou trottoir
tout semble toujours neuf
au creux du regard
de la poule ou de l’oeuf

peu importe l’existence
sans doute vivons nous
à la surface éparse
de formes épanouies

dans le jour ou la nuit
nous objets d’une farce
du chat ou de la souris
peu importe qui court

derrière l’autre derrière
l’autre il y a
toujours l’autre qui nous perd
et c’est bien comme ça

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s