après la pluie
les cimes humides
semblent lourdes
d’un ciel épais

algues lointaines
on pense encore
aux averses
de là-bas

se demandant
si les mêmes gouttes
tombent sur les têtes
des anges

quelle paix retrouvons-nous
dans un rayon de soleil
du ciel les éclaircies
sont-elles nôtres

et des nuages la tristesse
que nul vent ne disperse
quel souvenir gris laisse t-elle
sur les têtes des arbres

sur les têtes des anges
quelle cicatrice au ciel
saurait marquer
l’impuissance de vivre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s