les poèmes que je n’ai pas lus
ne m’attendent pas
nos rencontres
n’ont rien d’un destin

si les poèmes sont douloureux
c’est par le silence
qui nous séparent
la distance

face à l’autre nous restons
impuissants
comme une amitié perdue
par le temps

il faudrait oublier nos poèmes
il faudrait se toucher
je souffre de vous connaître
je souffre de vous aimer

poètes et poétesses
je sais que l’on va mourir
de vivre sans l’autre
sa terrible poésie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s