Quand je reviens dans le monde,
je fais comme si rien ne s’était passé
les ami.es font un petit commentaire au retour
la vie reprend son chemin

la honte n’a plus de corps
elle est un ricanement que j’entends partout
comme les esprits japonais qui tourmentent une personne
mais le tourment c’est le mien
moi qui vois la honte là où elle n’est pas
c’est de ça qu’elle ricane

la haine de soi est un luxe
que je me permets quand la honte a le dos tourné
il est plus aisé de prétendre s’aimer
que de se détester

l’ombre du suicide comme couverture
le repos de l’angoisse
je vis comme je rêve
avec le confort du réveil à venir
et je vis comme je dors
avec le confort du réveil qu’on repousse

on m’appelle et je ne viens pas
je descendrai quelques heures plus tard pour manger

je ne parle plus

j’ai pleuré aujourd’hui pendant le cours d’espagnol
je m’étais porté volontaire après tout le monde pour lire la fin du texte
et je me suis arrêté au milieu

le son de ma voix me paraissait étrange
je l’imaginais dans les haut-parleurs de mes camarades
à qui je n’ai pas parlé depuis des semaines

j’ai coupé le micro
je n’ai rien dit
on a supposé que j’avais des problèmes de connexion

et devant mon écran je pleurais
il y avait encore trente minutes de cours
pendant trente minutes les voix de mes camarades
pendant trente minutes les voix de mes camarades
pendant trente minutes les voix de mes camarades

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s