effeuiller aux doigts la menthe
je me souviens le lierre de jadis
aux ruines d’un mur
pierres d’un autre temps

les nœuds ne se nouent plus
vertèbres sur la colonne
verte de l’azur
je me souviens

on se voyait grandir
on se voyait éclore
des herbes en notre sein
des fleurs en notre cœur

mais tout ce qui demeure
semble mourir de vivre
un autre jour
sous le même soleil

sans doute la vie est cette lente agonie
vainement nous tentons
de retenir les souffrances
marquer la pierre de nos tiges

sans doute la vie est cette lente agonie
effeuiller aux doigts la menthe
pour qui alors cette odeur
cette joie humide
au bout des doigts ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s